Godwin

Forum RPG fantastique contemporain.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Volcanius, le chasseur de primes

Aller en bas 
AuteurMessage
Dirko Volcanius
Démon Elementaire, niv 1
Démon Elementaire, niv 1
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 29
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Camp: Non croyant - Neutre
Pouvoirs: Forme démoniaque - Modification de la température - Contrôle du feu - Vélocité
Armes: Célérité et Grue d'Acier

MessageSujet: Volcanius, le chasseur de primes   Ven 13 Fév - 17:09

    Une pluie ... une douce pluie stagnait au dessus de la noble ville de Godwin. La célèbre capitale religieuse cachait bien des mystères, tant bien par ses dirigeants que par les chemins sinueux parcourant la ville. Sous cette lente et durable pluie, un homme marchait calmement. La sombre pluie ne permettait pas de distinguer qui cela pouvait bien être. Cependant, une chose était sûre, l'homme en question était accompagné d'un chien. Ce dernier était aussi calme que son maître et de temps en temps, on l'observait orienter son regard vers le visage encapuchonné de son maître.

    La pluie baissait d'intensité, et la vue de cette personne en devint que meilleure. C'était un homme assez grand, correctement bâti, mais sans plus. On distinguait maintenant la lame courbée qui arborait le flan droit de sa hanche. Il stoppa sa marche subitement en se trouvant en face de part et d'autre des deux bars les plus tristement célèbres de Godwin : le bar du culte et le bar " à thé ". Les clients du bar au culte se rendirent compte de sa présence en dehors.


    ??? :
    - Alors Malik, que crois tu où nous allons ?


    Soudainement le beau berger allemand aboya en direction du bar " à thé ". Nous pouvions donc en conclure que le chien, ici présent, se nommait Malik. Et son maître poursuiva le discours qu’il tenait avec son fidèle compagnon.

    ??? :
    - Le bar à thé ? Hmm ... J'ai toujours aimé le côté provoquant qui traverse l'humour de ce nom. Ca fait une paille que je ne suis pas venu. Entrons Malik.


    L'homme et son chien avancèrent jusqu'à l'entrée du bar et y entrèrent. Pendant ce temps, au bar du culte, des clients grognaient leur colère.


    Un client :
    - Encore un merdeux d'inculte ?! Ils nous provoquent sans cesse ceux là. Allez viens, on va leur casser la gueule à ses fils de chiens !! ><"
    Le barman :
    - Calme-toi ! Je ne veux pas avoir d'ennuis avec le bar voisin, même si je le répugne aussi. Par ailleurs, n'as tu pas reconnu l'homme qui vient d'y rentrer ?
    Un client :
    - Non. Qui est ce fils de ...

    Le barman le coupa dans ses propos, en le mettant en garde.

    Le barman :
    - Il s'agit de Volcanius, un chasseur de primes renommé. Je ne pense pas qu'il soit judicieux de vouloir déclencher une bagarre avec un chasseur de primes comme lui compris dedans.

    Le client se calma et alla finir sa bière au final. Le barman se fichait bien en fait de ce Volcanius. Une rumeur courrait sur la réputation qu'il avait acquérir depuis quelques années maintenant. Tout ce qui importait au barman, c'était qu'il ne voulait pas encore d'une bagarre aujourd'hui. Par ailleurs, les gardes de la ville patrouillaient régulièrement, et ils n'allaient pas à la demi-mesure. Avoir un bar c'est bien, le garder en bon état c'est mieux !

    Mais revenons au bar " à thé ", où enfin nous apprenions l'identité de notre chasseur de primes qui se nommait Volcanius. Maintenant je peux vous le dire. Volcanius venait de remplir un contrat récemment, la mission c'était bien passée. Néanmoins celle ci fût peu onéreusement. C'est alors qu'un contact de longue date lui fit par qu'un contrat se tramait dans la Sainte ville de Godwin. Après quatre mois d'absence, Volcanius et Malik reviennent dans la fameuse ville sous une pluie interminable. Complètement tremper, ses derniers décident de se sécher et de se restaurer dans l'un des bars dont le chasseur avait connaissance.

    En entrant, une bonne ambiance ornait le bar. Il n'était pas très tard, il y avait donc peu de poivreaux gisant sur le comptoir. Pour l'instant ! Bref, Volcanius se présenta devant le barman en retirant sa capuche. Malik restait aux pieds de Volcanius en position assise en guettant les moindres faits et gestes des personnes circulant dans la taverne des non croyants.


    Le barman :
    - Volcanius, mon ami ! Ca fait longtemps qu’on ne t’as pas vu ?
    Volcanius :
    - Je sais. Pourrais-tu me servir un thé au jasmin et de l'eau fraîche pour mon chien s'il te plaît.

    Le barman :
    - Bien sûr, alors qu'est ce que tu deviens ?

    L'humain, qui travaillait comme barman, était plutôt joyeux face à Volcanius. Il parlait fort, à l'inverse du guerrier et de son chien. Tout en préparant sa commande, le barman continuait de parler avec le chasseur de primes à la lame courbée.

    Volcanius :
    - La routine. Encore un contrat de rempli.

    Le barman :
    - Qu'est ce que c'était cette fois ?
    Volcanius :
    - Une bande de gobelins qui volaient du bétail.

    Le barman :
    - Combien étaient-ils ?
    Volcanius :
    - Six. Elle vient cette commande ?

    Le barman :
    - Elle arrive, elle arrive ! Tiens, la voici ! Tu es trop exigeant, mon ami.
    Volcanius :
    - Et toi, tu parles trop.

    Le barman :
    - Oui oui, je sais. Tu souhaites autre chose ?
    Volcanius :
    - Aurais-tu entendu parler d'un contrat de mission ses temps ci ?

    Le barman :
    - Non, du tout.

    Dit le barman d'un ton mensongé.

    Volcanius :
    - Ne te fous pas de moi, s'il y a quelqu'un dans cette ville qui sait tout, c'est bien toi.

    Le barman :
    - Bon, d'accord, mais jure que tu ne le répèteras à personne.
    Volcanius :
    - Je ne jure jamais, tu le sais très bien, me semble t-il ?


    Soudainement Malik se mit à grogner. Volcanius stoppa sa conversation pour examiner où portait le regard de son chien. Un homme de plus de deux mètres de haut se tenait devant lui. Portant l'armure avec l'insigne de l'armée de la ville de Godwin, Volcanius n'avait aucun doute, il s'agissait d'un garde religieux de la ville. Mais comment diable ( non, pas toi Lucifer xD ), avait il atterri ici seul ? Néanmoins sa carrure, et l'immense hache qui ornait la paume de sa main gauche démontraient sans nul doute qu'à lui seul il devait être un adversaire coriace pour les malheureux de cette taverne non croyante. Le colosse fixait droit dans les yeux Volcanius. Pour ne pas s'attirer des ennuis avec les forces de l'ordre dès son arrivée, le chasseur de primes baissa les yeux et engagea la conversation.

    Volcanius :
    - Bonjour, que me voulez vous ?

    Le garde religieux :
    - Tu es bien le chasseur de primes répondant au nom de Volcanius ?
    Volcanius :
    - En effet.

    Le garde religieux :
    - Veillez me suivre s'il vous plait.
    Volcanius :
    - Je n'irai nul part, s'il s'agit d'une forme d'arrestation quelconque, sachez que je n'ai rien à me reprocher. Et s'il s'agissait d'une réelle arrestation, vous seriez venu en escorte.


    Offensé par la remarque, pourtant polie, de Volcanius, ce dernier leva sa hache contre lui. Bondissant à une vitesse effrayante, Malik se jeta sur le bras gauche du garde. Mordant l'avant bras, jusqu'à ce que la hache tombe à terre, le garde s'écroula subitement à terre. Une personne avait assommé le garde, qui gisait maintenant à terre. Qui avait pu faire un tel acte ? Ne trouvant aucun responsable, Volcanius préféra quitter ses lieux pour ne pas attirer de mauvais ennuis au barman. Il finit rapidement le fond de sa tasse. Voyant qu'un soleil rayonnant avait enfin pris la place de cette pluie incessante, Volcanius paya le barman et quitta l'endroit avec son chien.

    Le calme était revenu, Volcanius marchait paisiblement dans l'une des nombreuses rues que dénombrait la ville. Soudainement le chasseur de primes se sentit suivi. Malik fît un bruit étrange au même instant. Stoppant leur marche sans se retourner, Volcanius s'adressa à la personne.


    Volcanius :
    - Vous me cherchiez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucifer
Admin ~ Juge impartial ~
Admin ~ Juge impartial ~
avatar

Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Camp:
Pouvoirs:
Armes:

MessageSujet: Re: Volcanius, le chasseur de primes   Lun 16 Fév - 0:55

[C'est clair et agréable à lire, ton manière de restituer les dialogues me plait et je l'ai d'ailleurs adoptée. ^^
Si je puis me permettre un simple conseille RP. Ta fin ne suggère pas une entrée très surprenante, si tu pouvais accorder plus de liberté aux autres RPlayer dans tes prochains RP je pense que tu gagnerais en "notoriété" si c'est le bon mot. Laisse place à la surprise voyons ! ^^]

Pluie et fraicheur, une journée morte sur Godwin, la cité religieuse. Ce temps ne prêtait pas à la sortie, pourtant, malgré ce temps, certaines personnes aimaient pointer leur nez en dehors de leur demeure. Dans le ciel brumeux et orageux, une silhouette dominait le ciel, c’était celle de notre ange noir. Ses ailes brunes majestueuse, et une forme totalement noire volait dans ce ciel apeurant. Lucifer, ancien chevalier de l’ordre de la mouche et aujourd’hui exempt de ses responsabilités vagabondait dans la ville de Godwin. Son envie et sa gourmandise n’étaient pas un secret, pour personne.
Sans grande surprise il atterrit dans un lieu connu de tous, la rue des bars. Devant lui se dressait l’enseigne des deux établissements. Le respect qu’il inspirait lui permettait d’aller dans n’importe quel endroit, mais il n’était pas désireux de se trouver en compagnie de fanatiques ivres à cette heure. Ce qu’on pourrait croire, c’est le coté néfaste des non religieux, mais il ne fallait pas s’y fier. Certains étaient beaucoup plus aimables et louables que nos fanatiques d’en face.

Sans vraiment se poser de question, l’homme entra dans le bar à thé. Il plia ses ailes de manière à pouvoir passer la porte, elles restaient pliées sur lui mais gardaient une envergure importante. Il était vêtu de son habituelle tenue, un pantalon noir souple couvert par une chemise grise foncée. Sa veste courte couvrait ses bras et son torse jusqu’au nombril. A sa taille étaient armées ses trois armes, Agny, Rudra et Fuma. Agny restait la plus célèbres des trois, cette garde en argent représentait la mouche et en avait était le fervent défenseur un certain temps.
Il jeta un regard rapide dans le bar, pas d’ivrogne ni même de bagarre à l’horizon. Il vint se poster sur un tabouret et se mit à attendre, il savait que sa renommait s’étendait partout, et ses habitudes dans l’endroit ne le rendaient pas discret. Le barman arriva et le salua chaleureusement, il répondit par politesse et manda comme d’habitude un verre de vin blanc. Il se fit servir et commençait à siroter sa boisson lorsque le barman, bavard comme à son habitude vint l’apostropher.


Barman :
- Un contrat pèse sur ta tête, tu le sais ?

Lucifer :
- Je ne compte plus combien de fois tu me l’as dit. A fait des années qu’il pèse sur ma tête.

Barman :
- Un chasseur de prime est venu me demander si j’avais quelque chose à lui proposer.

Lucifer :
- Et tu lui as dit quoi ?

Barman :
- J’ai menti encore une fois, je ne veux pas perdre un client.

Lucifer :
- Son nom, c’est quoi ?

Barman :
- De quoi ? Pourquoi tu veux son nom ?

Barman :
- T’occupes, son nom s’il te plait.


L’ange des abymes posa alors son regard vers le barman. Il savait que celui-ci ne pourrait pas lui refuser le nom du chasseur, sans qu’il ne bouge son verre se déplaça jusqu’à levier, la télékinésie de l’archange était devenu une habitude qu’il ne cachait pas. Il tourna la tête et scrutait le bar, sur le sol était présent une petite tâche de sang. Un sourire arqua son visage et il se retourna vers le serveur.

Lucifer :
- C’est lui qui a fait ça ?

Barman :
- Son chien à attaqué un garde religieux venu dans le coin. Il lui a bouffé le bras jusqu’au sang, le pauvre et repris sa hache et est parti. Il s’appelle Volcanius, tu connais ?

Lucifer :
- Pas du tout, il est pas en enfer, c’est déjà une bonne chose. Il est parti ?

Barman :
- Oui

Lucifer :
- Génial… Mets ça sur ma note.


Sa note… Elle était au moins aussi longue que la lame d’Agny, soit plus d’un mètre vingt. Il se dirigea vers la sortie du bar et poussa la porte battante. Un homme serait bientôt à sa recherche. Il s’en occuperait plus tard, pour le moment autre chose vint aguicher son œil. Un cortège de cinq soldats naviguaient dans les rues. Parmi eux il y avait quartes gardes et un évêque. Cela faisait beaucoup de monde pour patrouiller dans la ville, surtout que les évêques font preuve de plus de discrétion en général. Il se décida à les suivre.

D’un battement d’aile il se retrouva sur les toits de la ville et suivait l’escorte. Il les vies tourner dans une rue et aborder un homme, celui-ci semblait déjà les avoir repérer. Sans crier gare-les voilà qui se jetaient sur la pauvre victime et son chien, avant que le combat ne commence il immobilisa toute l’assemblée grâce à sa télékinésie. Il se jeta du haut du toit et atterrit près des hommes, Un léger soupir de lacement et voilà notre homme qui prenait la parole :


Lucifer :
- Les gardes sont censés monter la garde, pas attaquer les passants.

L’évêque,
en pointant du doigt l’homme et son chien :
- Cet homme a attaqué un de nos gardes !

Lucifer posa son regard sur les hommes, l’un d’entre eux avait le bras amoché, cela devait être lui. Ainsi il avait devant lui ce fameux Volcanius. Sa coiffe cendrée se mit à trembler légèrement avec la brise qui venait briser le silence. Il leva son bras vers le groupe de combattants, et lorsqu’il détendit ses doigts ils furent tous projeté au loin et tombèrent relativement violemment. D’une voix sur de lui il dit :

- Je m’en occupe, allez vous en.

Puis il se tourna vers l’homme et son chien, ils ne pouvaient strictement rien faire. L’archange noir était trop puissant pour être contesté par ces deux braves, pour le moment ils ne pourraient rien, il le sentait à leurs aura. Il relâcha son pouvoir, puis leur déclara :

- Je ne pense pas me tromper en disant que tu es Volcanius. Le barman m’a parlé de toi.

Il regardait sa main droite sous tous les aspects et continuait de parler :

- Comme ça tu es chasseur de prime. Et pour le moment qu’est ce que tu peux chasser comme prime ?

Il attendait sa réaction avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://godwin.1fr1.net
Dirko Volcanius
Démon Elementaire, niv 1
Démon Elementaire, niv 1
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 29
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Camp: Non croyant - Neutre
Pouvoirs: Forme démoniaque - Modification de la température - Contrôle du feu - Vélocité
Armes: Célérité et Grue d'Acier

MessageSujet: Re: Volcanius, le chasseur de primes   Lun 16 Fév - 18:26

    Couvrant sa retraite, un ange noir tenait à distance les hommes qui suivaient Volcanius. Observant celui ci qui lui avait apporté secours, trois épées apparurent aux yeux de l'homme dragon et son chien. Malik ne faisait pas confiance à cet homme venu du ciel. Et Volcanius se demandait ce qu'il attendait de lui. Etait-ce cette escorte ou cet homme aux ailes brunes qui le suivait au final ? C'est alors que Volcanius réalisa, il s'agissait un ange des abîmes. Et pas n'importe lequel, Lucifer, ancien chevalier de l'Ordre de la Mouche. Qui ne connaissait pas sa légende ? Jamais il n'aurait pensé rencontrer cet ange. Mais peu importait la réputation de Lucifer, cela n'atteignait aucunement Volcanius. Mais revenons dans la situation dans laquelle notre ancien samouraï se trouvait. Fixant sa main droite, Lucifer, parla directement à Volcanius.

    Lucifer :
    - Comme ça tu es chasseur de prime. Et pour le moment qu’est ce que tu peux chasser comme prime ?


    Apparemment pressé d'une réponse en observant les traits de son visage, Volcanius était lui revanche d'une patience intolérable par moment. Malgré les circonstances, Volcanius préféra parler d'une voix calme à son fidèle canin au lieu de répondre à son pseudo-sauveur.

    Volcanius :
    - Qu'en penses-tu Malik ?


    Le chien ne répondit pas, gardant ses grognements aussi bien sur l'ange des abîmes que sur l'escorte. Ainsi il faisait part à son maître qu'il préférait éviter la confrontation. En effet, la fierté de Volcanius aurait fait qu'il aurait neutralisé cette escorte en quelques minutes. Et cet ange des abîmes collerait le samouraï et son chien pour obtenir ce qu'il voulait. En quittant les environs, Volcanius évitait le combat et Lucifer. Néanmoins si ce dernier l'invitait à fuir ses poursuivants, c'est qu'il était certain de le retrouver. Pour terminer, Volcanius décida de s'adresser à Lucifer.

    Volcanius :
    - Je sais qui tu es. En revanche, je ne sais pas ce que tu me veux. J'aurais pu en faire mon affaire. A l'avenir, ne t'occupe pas de moi.


    Restant calme et poli, Volcanius mettait en garde Lucifer sur ses intentions futures sans aller jusqu'à la menace. Puis l'ex-samouraï ordonna à Malik de se replier, le chien parti devant en courant dans la rue, puis vint le tour de Volcanius de quitter l'endroit.

    Le retour de Volcanius et de Malik n'était pas très réussi. Qu'est ce qui avait fait pour que cette journée en devienne si spéciale ? Au final, la Garde de Godwin laisserait tranquille Volcanius. En tout cas c'est ce qu'il pensait. Mais la prise de contact avec le célèbre chevalier de l'Ordre de la Mouche venait pimenter cette journée. Et pas qu'un peu. Volcanius était en plein brouillard. Et il savait à présent que ce dernier lui rendrait visite très prochainement.

    Bref, notre samouraï de primes décida de prendre le large en allant de l'autre côté de la ville. Cherchant une chambre pour passer la nuit, Volcanius fit plusieurs hôtels et auberges, parce que l'ancien hôtel dans lequel il dormait auparavant avait fermé. Il trouva avec l'aide de Malik une auberge accueillante, et les prix étaient abordables. Financièrement Volcanius n'était pas pauvre loin de là, il subvenait parfaitement à ses besoins, mais dire qu'il était riche aurait été trop exagéré. C'était un chasseur de primes fortuné qui vivait bien. Entrant dans l'auberge, après une longue marche à travers la ville, Volcanius se présenta devant la personne qui tenait le comptoir de l'accueil.


    L'aubergiste :
    - Bonjour Monsieur. C'est pour dîner ou pour une chambre ?

    Volcanius :
    - Bonjour Mademoiselle, ce serait pour une chambre.

    L'aubergiste :
    - Nous affichons presque complet, il me reste une chambre au 3ème étage de l'auberge.

    Volcanius :
    - Je serai tout en haut pour admirer la ville. Vous pouvez me mettre celle là. En revanche mon chien pose t-il problème ?

    L'aubergiste :
    - Non du tout, tâchez à ce qu'il fasse bien ses besoins à l'extérieur et qu'il ne pénètre pas en cuisine.

    Volcanius :
    - Cela va de soit.

    L'aubergiste :
    - Tenez votre clé, Chambre n°12

    Volcanius :
    - Merci.


    Volcanius attrapa la clé de sa chambre et entrepris l'ascension jusqu'au dernier étage de l'auberge en empruntant l'escalier. Après être arrivé à l'étage, le couloir comptait cinq chambres. La deuxième porte à droite fût enfin celle qui comporta le nombre 12. Pénétrant dans sa chambre après avoir fermer à clé, Volcanius quitta son manteau en le déposant sur une chaise et il retira Célérité de sa ceinture pour la reposer sur une table. Retirant ses getas, Volcanius s'effondra sur son lit. C'est alors que Malik se présenta devant le visage de Volcanius en penchant la tête, puis en aboyant une fois.

    Volcanius :
    - Je sais Malik. Elle est très gentille et jolie qui plus est. Mais tu sais très bien que ...


    Le berger allemand aboya une seconde fois.

    Volcanius :
    - D'accord, je l'inviterai peut être à boire un verre. Vas te reposer, je vais me doucher.


    Après sa douche, le chasseur de primes fit une sieste d'une heure. En se réveillant, il fit une série d'exercices complétés par une centaine de pompes et d'abdos. Enfin frais et réveillé, Volcanius dégaina son sabre et entama son entretien de ce mois ci avec des pierres, des chiffons et des huiles. Alors qu'il prenait soin de Célérité, Volcanius repensa à Lucifer, l'ange des abîmes qu'il l'avait aidé quelques heures plus tôt.

    Volcanius :
    * Que me veut-il ? *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khemazet Neterousekhemty
Apprenti, niv 1
Apprenti, niv 1
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 30
Date d'inscription : 02/03/2009

Feuille de personnage
Camp: Non croyant
Pouvoirs: Sens surdéveloppés, contrôle de la magie noire, pied léger, nature magique
Armes: Faucilles d'électrum

MessageSujet: Re: Volcanius, le chasseur de primes   Mar 3 Mar - 19:48

[Désolé je m'incruste ^^]

Khemazet était attablé dans un coin, seul. Peu d'attention était nécessaire pour voir que ses points étaient serrés, contre carrant son visage apparemment serein, bien que fermé. En fait il luttait contre la soif, cette envie irrépressible qui lui ordonnait de sauter sur ses pieds et de trancher la gorge à tous les ivrognes qui se regroupaient en ces lieux. Tant de cœurs battant, de sang chaud circulant. Ce n'était plus une lutte interne, c'était une véritable croisade entre sa volonté et ce hurlement intérieur. Enfin ce n'est pas comme s'il allait faire vœux d'abstinence. Et pis quoi encore ? Non, il devait sélectionner sa proie avec soin, comme un vampire civilisé, pas une bête sauvage. Facile à dire. Et le brouhaha ambiant ne l'aidait pas à cette entreprise ardue qu'est la concentration. En plus il était partagé entre 2 avis : d'un côté il ne souhaitait choisir un pilier de bar, moins que rien parmi les moins que rien pullulant en ces lieux, il avait une trop haute estime de lui même pour ça, et d'un autre côté, c'était un prédateur, œuvrant à la sélection naturelle, débarrassant du plancher ceux qui ne méritent pas d'y être. Alors que ses 2 opinions argumentaient l'un contre l'autre dans sa tête, une serveuse pour le moins potelée, qui avait du travailler toute sa vie dans ce genre de cloaque infâme, revint lui demander pour la énième fois s'il désirait prendre quelque chose.

Au début il était resté très poli et courtois, quand la soif n'avait pas encore atteint son paroxysme. Cette fois elle eu droit à un regard que n'importe quel décérébré aurait pu qualifié d'assassin. Ces yeux n'avaient rien d'humain, la folie et l'envie de tuer débordaient de ses iris qui en quelques mots silencieux lui disaient : Si tu ne veux pas que je me serve de tes tripes comme guirlandes pour noël, ravale ton arrogance et retourne dans ta porcherie. Tout ça avec calme et volupté bien sur. Par contre noël n'étant pas pour tout de suite, il risquerait de congeler ses guirlandes.

La serveuse eu un mouvement de recul et retourna sans attendre son reste l'endroit d'où elle venait. Mais elle ne put se retenir de chuchoter quand elle retourna derrière le comptoir, et Khemazet sentit qu'il était temps pour lui de mettre les voiles. Très bien s'il en était ainsi, il ne mettrait plus jamais, ici, les pieds. Et c'était peut être mieux ainsi pour le propriétaire. Et puis ça empestait l'alcool et la graisse ici, il pourrait certainement trouver plus gouteux, mais pas trop, ailleurs. De nouveau il serra les poings, et ferma la bouche, car sa salivation était équivoque de sa soif inassouvie. Très bien, s'il devait en être ainsi, le pauvre hère qu'il aura choisi devra tirer un trait sur sa vie. Amen. Et c'est avec un sourire carnassier que Khemazet se dirigea vers la sortie d'un pas cadencé, plein de souplesse et de volonté.

Une fois au dehors, il huma l'air frais aux odeurs subtiles, apaisant son odorat après l'atmosphère chargée du bar. Bien que la soif le privait de nombre de ses capacités de réflexion, il savait que cette première délectation de sang ne passerait pas inaperçue auprès des autres vampires de la cité et que, tôt ou tard, ils prendraient contact avec lui. Ce n'est qu'à partir de là qu'il pourra vraiment mettre en œuvre son ambition. Et oui, chez les vampires, bien que tous doivent en théorie allégeance au Régent, le fait est que chacun essaie de tirer son épingle du jeu, avec plus ou mieux de discrétion selon certains. Mais lui qui voulait être Régent à la place du Régent, devrait faire preuve de toute la finesse possible et de n'user de la force qu'en dernier recours. La soif du vampire se rappela à lui. Arrêtant de suite ses pérégrinations mentales, il huma l'air, cherchant une bonne piste pour étancher sa soif.

Il n'eu pas à chercher longtemps. En effet il entendit 4 paires de pieds marcher dans sa direction, et l'air se polluer de relents alcooliques et crasseux pestilentiels. Aurait il mal choisi son jour pour aller au bar ?

- Et toi ? Tu te prend pour qui pour traiter comme ça cette pauvre serveuse ? Tu te crois mieux quelle c'est ça ? On va t'apprendre à péter plus haut que ton cul sale bourgeois !

Et oui, il avait mal choisi son jour. C'était pas affiché soirée pilier de bar pourtant à l'entrée. Khemazet se retourna et pu admirer à quel point ces gusses semblaient être nés pour remplir le rôle de bof de service avec leur chemise en cuire, leurs cheveux rasés et leurs tronches sculptées à coup de bourre pif. Enfin il faut voir le bon côté des choses, il allait pouvoir évacuer sa frustration et faire un acte bénéfique pour l'humanité. 4 même ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dirko Volcanius
Démon Elementaire, niv 1
Démon Elementaire, niv 1
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 29
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Camp: Non croyant - Neutre
Pouvoirs: Forme démoniaque - Modification de la température - Contrôle du feu - Vélocité
Armes: Célérité et Grue d'Acier

MessageSujet: Re: Volcanius, le chasseur de primes   Sam 14 Mar - 16:20

    Après avoir pris soin de Célérité, Volcanius déballa un peu de ses affaires. Il alla toiletter son chien et le sécha. Puis le samouraï médita pendant une longue heure. Stoppant cet exercice, Volcanius décida d'aller se restaurer au rez-de-chaussée de l'auberge, où il servait des plats. Descendant l'escalier avec son chien, le chasseur de primes n'était armé que de Grue d'Acier. Celle ci était cachée dans son kimono. Se dressant devant le comptoir, Volcanius commanda de quoi manger à la jeune femme.

    L'aubergiste :

    - La chambre, vous convient elle ?
    Volcanius :
    - Tout à fait.


    Malik poussait avec son museau les jambes de Volcanius contre le bois du comptoir, signifiant " qu'est ce que t'attends pour l'inviter ?! ". Mais brusquement du grabuge arriva jusqu'aux oreilles de Volcanius.

    L'aubergiste :
    - Oh non, je ne veux pas d'une bagarre dans mon auberge.
    Volcanius :
    - Laissez. Je m'en charge.


    La femme au comptoir remercia notre guerrier. Alors qu'il se dirigeait dans la salle où les clients s'installaient pour manger, prendre un café ou autre, le samouraï vit quatre hommes se dresser devant un jeune homme assis paisiblement. L'atmosphère s'alourdissait quand la plupart des clients quittèrent leurs places quand les quatre hommes sortirent leurs matraques. Mais le vœu de l'aubergiste était clair : pas de dégâts. Volcanius prit donc la parole en accostant un de ses hommes.

    Volcanius :
    - Quel est le problème, messieurs ?

    ??? :
    - Ce bourgeois nous regarde de haut et il a insulté la serveuse.
    L'aubergiste :
    - Je ne sais pas, ce qu'il a dit, mais si vous voulez vos comptes, c'est dehors !

    C'est vrai qu'à sa vue, Volcanius croyait à un comte venant se restaurer dans cette auberge. Et qui plus est, une auberge non adaptée à sa classe sociale, mais qu'importe, il faisait ce qu'il voulait. Alors qu'il observa la pâleur du visage du jeune homme, Malik commença à grogner en direction de cet homme assis. Portant un soin particulier à percer la raison du comportement de Malik, Volcanius eut soudain un mauvais pressentiment.

    Durant ses croisades, il avait eu l'occasion de combattre bon nombre de peuples et de créatures humanoïdes ou non. Démons, gobelins, anges des abysses, humains, mais seule une seule espèce restait si serein face au danger : les vampires. Pour les avoir combattu, Volcanius savait qu'ils représentaient des adversaires de taille pour des non expérimentés. Mais il n'en était pas sûr. Heureusement, Volcanius savait garder son calme face à ce genre d'individu. Par ailleurs, il n'était peut être pas maléfique, ou peut-être que si. Ne souhaitant pas prendre de risque sur le fait qu'il soit oui ou non un vampire, Volcanius devait se débarrasser de ses quatre hommes. Quand soudain ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khemazet Neterousekhemty
Apprenti, niv 1
Apprenti, niv 1
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 30
Date d'inscription : 02/03/2009

Feuille de personnage
Camp: Non croyant
Pouvoirs: Sens surdéveloppés, contrôle de la magie noire, pied léger, nature magique
Armes: Faucilles d'électrum

MessageSujet: Re: Volcanius, le chasseur de primes   Dim 15 Mar - 13:36

- Cela sera fait selon votre souhait, aubergiste. Je serais profondément blessé si le comportement asocial de ces bois sans soif nuisait au confort de vos clients et à vos affaires. Sur ce messieurs je vous invite à continuer cette discussion à l'extérieur. Peut être que l'air frai fera le plus grand bien à vos pensées imbibées.

Parfaitement conscient des piques qu'il envoyait aux soulards, Khemazet se leva, tout sourire (en gardant bien de ne pas révéler, pour le moment, sa dentition avantageuse). Peut être était ce du au fit qu'avant il était sorcier, ou que dieu n'était pour lui qu'un concept étrange, mais il se faisait bien à sa nouvelle vie de vampire. C'était si excitant ! Et puis il avait tellement soif. Peut être qu'une fois abreuvé il changerait … mais mieux valait ne pas compter là dessus. Se tournant vers Volcanius.

- Je suis désolé que notre discussion vous ai importunée, ainsi que vous tous chers clients, et je vous serais reconnaissant si vous m'aidiez à expliquer à ces 4 personnes à quel point ils se sont trompés sur mon compte. Sinon je vous demanderais de me laissé faire.

Son expression avait soudain changée. Difficilement perceptible, mais son large sourire était passé de celui d'hypocrite à celui du tueur. Puis il marcha vers la porte de sortie. Passant à côté des 4 hommes armés qui le menaçaient, si prêt de ces cœurs battant, ce sang chaud, il ne put réprimer ce qui devait ressembler à un ronronnement, un ronronnement de félin, voyant venir le moment où sa proie sera là où elle n'aurait jamais du être et où elle mourra de ses crocs. Mais au fait, ils le menaçaient avec des armes ! Complètement à l'ouest à cause de sa soif, il prit seulement maintenant conscience de la situation. Il se tourna vers le premier des 4, avec un regard ne signifiant pas : je vais te démonter la face, mais : que tu as l'air appétissant. L'homme sembla saisir cette nuance fine mais importante et frémit. Il lui aurait bien arraché la gorge, mais il prit aussi conscience de la présence d'un autre protagoniste. Il n'avait pas un faciès de rougeot, était accompagné d'un chien mal aimable, et était habillé d'un kimono, ce qui le faisait tout de suite ressortir au milieu de cette foule plus ou moins homogène. Khemazet se dit en son fort intérieur qu'il serait un met de choix, mais quelque chose qu'il ne pouvait pas identifier dans son attitude impassible et surtout son odeur, plus épicée que celle des humains, le mettait en alerte.

- Bon tu vas te bouger le sang bleu !

Et là, ce fut le drame. Un des ivrognes, probablement pressé d'en découdre, tapant violemment sur l'épaule de Khemazet, et lui indiqua la sortie. Complètement absorbé qu'il était dans l'observation de Volcanius, Khemazet fut bousculé par le coup. Il se tourna vers le malpoli, la colère émanant de ses traits. Grognant comme un animal en passe de jouer des griffes, et baffa l'homme avec force. Venant de naitre, n'ayant pas la maitrise de sa force physique, l'homme traversa la pièce, traversa un fenêtre, et alla s'écraser sur le bitume dehors. Surprit par cette prouesse dont il ne se savait pas capable, Khemazet se tourna vers les 3, ou 4 selon comment Volcanius allé s'intégrer à l'affrontement, avec un sourire dévoilant ses crocs.

- À table le dîner est servi.

Puis il bondit vers le suivant, griffes prêtes à s'enfoncer dans la chaire, crocs prêt à ouvrir les vannes d'un sang chaud qui, s'il ne serait pas un grand cru, le revigorerait sûrement. Pendant ce temps bien sur les autres clients, les employés et le propriétaire crièrent de peur, de colère, d'effroi, leur envie de quitter l'endroit précipitamment. Mais pourquoi ne voir que le mauvais côté des choses. Bon ok il allait y avoir de la violence. Mais au moins ceux qui allaient choisir la fuite ne paieraient pas leur addition. Les gens sont si ingrats de nos jours ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dirko Volcanius
Démon Elementaire, niv 1
Démon Elementaire, niv 1
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 29
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Camp: Non croyant - Neutre
Pouvoirs: Forme démoniaque - Modification de la température - Contrôle du feu - Vélocité
Armes: Célérité et Grue d'Acier

MessageSujet: Re: Volcanius, le chasseur de primes   Dim 15 Mar - 15:36

    L'œil perçant de Volcanius avait vu juste ! Cet homme était bien un vampire. Le souci avec les vampires, c'est que plus il était affamé, plus difficile était le combat. Volcanius ordonna aussitôt à Malik de regagner leur chambre pour aller lui chercher quelque chose. Mais on ne savait pas quoi, cependant le chien semblait l'avoir deviner aussitôt. Le pauvre homme projeté à travers la fenêtre, s'échoua sur le bitume de la rue, inconscient. Le vampire s'énervait, il bondit sur l'un de ses quatre assaillants. Alors qu'il s'apprêtait à insérer ses crocs et ses griffes, comme un humain dévorait avec délisse son repas, Volcanius arriva à vive allure et infligea d'un coup de pied latéral le vampire directement dans sa figure. L'éjectant du corps de l'homme agressé, le vampire s'étala plus loin dans la pièce.

    Le samouraï saisit son tomahawk de sa main gauche, et essayait de garder à distance l'individu vampirique. Cependant c'était ses hommes qui avaient cherché à le provoquer. Ou est-ce la réaction que le jeune homme attendait pour pouvoir assouvir sa soif. Volcanius ne cherchait pas la bagarre. Et il fût content pour cette fois d'être de nature semi démoniaque le mettant à l'abri du vampire. Certes on pouvait boire son sang, mais si le vampire le faisait, ses entrailles brûleraient. On ne boit pas le sang d'un dragon comme cela. Après des années de combat, Volcanius savait y faire contre ce genre d'adversaire. Mais il ne voulait pas combattre cet homme, il voulait qu'il s'en aille, un point c'est tout. Présentant Grue d'Acier, et se préparant à un affrontement probable, Volcanius cherchait à éviter le conflit.


    Volcanius :
    - Maintenant vas t-en ! Je ne cherche pas à me battre contre toi.


    Le vampire ne réagissait pas. S'approchant sereinement vers le corps du jeune homme, Volcanius constata, qu’une si grande faim émergeait régulièrement chez les jeunes vampires.

    Volcanius :
    - J'ai combattu bon nombre de vampires. Ne m'oblige pas à répéter mes actes. Tu t'es défendu, mais tu dois combattre ta nature maléfique pour éviter d'ôter des vies sur cette terre.


    Alors que le monde avait déserté l'auberge, un bruit de pas régulier se fit entendre. Des gardes ! Un client avait du les prévenir de la présence d'un vampire. Maintenant que devait faire Volcanius ? Le laisser serait le plus simple, mais il attaquerait les gardes, des pertes étaient à envisager. Ou le prendre pour le cacher. S'il le mordait, il se brûlerait les lèvres, s'il l'attaquait, Volcanius savait riposter. Étant démoniaque, Volcanius avait perdu beaucoup de ses préjugés sur la nature des êtres dits maléfiques. On peut naître démon ou vampire et aider son prochain. Volcanius voulait y croire. C'est pour cela, qu'il souleva le vampire, le mit sur son épaule et prit la direction de la porte de derrière. L'aubergiste ne comprenait pas l'acte du chasseur de primes. Mais peu importait, le vampire avait quitté les lieux, c'était le principal.

    Après avoir parcouru plusieurs rues derrière l'auberge, Volcanius posa le corps du vampire contre un mur dans une rue déserte. La journée commençait par se faire relayer par la nuit, le crépuscule tombait. C'est alors que le jeune homme reprit conscience, à croire que la nuit même fût le remède à son évanouissement.


    HS : Tu peux répondre à cet RP Khemazet, pour la réponse qui suivra ton message, je laisse le soin à Lucifer de se réintroduire dans l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khemazet Neterousekhemty
Apprenti, niv 1
Apprenti, niv 1
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 30
Date d'inscription : 02/03/2009

Feuille de personnage
Camp: Non croyant
Pouvoirs: Sens surdéveloppés, contrôle de la magie noire, pied léger, nature magique
Armes: Faucilles d'électrum

MessageSujet: Re: Volcanius, le chasseur de primes   Lun 16 Mar - 19:54

Khemazet ne vit rien venir. Alors qu'il se voyait déjà épancher sa soif, il se prit un violent coup de tatane dans la face et perdit à moitié conscience. Ce n'est que quand le soleil parti faire un somme qu'il reprit ses esprits. Il était adossé sur un mur crasseux d'une ruelle crasseuse. Sa mâchoire l'élançait encore, et celui qui lui avait fait ça se tenait en face de lui. Par instinct il se mit en position défensive en un bond, découvrant ses crocs et grondant. Voyant que le type ne bougeait il reprit une attitude normale, enfin si avoir un regard massacrant est normal. Le silence s'installa pendant quelques temps, le temps de comprendre ce qui s'était passé. Si le type lui avait voulu du mal il ne l'aurait pas laissé adossé à un mur. Il y avait du avoir un problème dans le bar. Et c'était surement à cause de lui. Mais sa soif n'allait pas tardé à reprendre le dessus, et l'homme en face de lui allait être un soucis. Heureusement la diplomatie est un des meilleurs alliés du vampire, après leur force physique, leurs crocs acérés, leurs griffes … Il e força donc a effacer sa rancune pour le coup porté et prit une attitude cordiale.

- Et bien, je pense que nos présentations n'ont pas été des meilleurs. Je suis profondément navré de ce qu'y s'est passé dans le bar, mais vous devez comprendre qu'il est temps pour moi de me nourrir. Même les vampires doivent manger, enfin boire. Et à la vue de votre force et de votre odeur, je suis désolé de vous apprendre que vous n'aurez pas l'honneur de me faire don de votre sang. Mais vous pouvez sûrement m'aider non ?


En effet cet homme ne pouvait être un simple humain. S'il avait été un ange il aurait surement déjà tenté de pulvériser notre vampire, et s'il avait été un druide aussi. Khemazet, s'il n'avait pas confiance en cet inconnu, n'en avait pas peur non plus. Après tout peut être se nourrissait il ? Il était plutôt fraichement arrivé dans cette ville et n'avait que très peu côtoyé d'autres non humains. Il n'était donc pas au courant de leurs habitudes alimentaires. Et puis il se rappela qu'il n'était pas le seul vampire de Godwin (ça aurait été trop beau). Les autres devraient bien mangé aussi un minimum. Les vampires n'aiment pas trop être au régime, en tout cas Khemazet ne le supporte pas. Ça le met dans un de ces états …


- Comment les autres vampires font pour se nourrir ? J'imagine qu'ils n'ont pas autant de problèmes que moi ? Et puis un humain de plus ou de moins, franchement. À la vitesse ou ils se reproduisent on ne risque pas la pénurie, quel que soit le nombre de guerres qu'ils peuvent se faire. La nature est vraiment bien faite. Et puis de toute façon je n'ai pas le choix je ne vais pas me laisser mourir de faim.

Il huma l'air, cherchant à détecter tous les bons humains qu'il pouvait y avoir dans les environs. Si son … il cherchait le mot. Ami ? Collègue ? Guide ? Peut importe. S'il était gentil Khemazet accepterait de partager, s'il arrivait à s'empêcher de vider complètement sa canette. Quelle drôle de désignation pour être vivant et pensant. Mais après tout il s'en fiche. C'est fou ce que ça peut changer quelqu'un de se savoir surpuissant et immortel. De plus la soif le rendait encore plus maléfique. Qui sait comment il serait quand il serait repu et redevenu lui même ? Il huma l'air donc, mais les fragrances épicées du type étaient trop fortes et masquaient tout. Ça faisait un peu comme quand on mange un couscous bien relevé. Quand on mange autre chose après on a les papilles tellement anesthésiées qu'on ne ressent plus aucun goût.

- Ne le prenez pas mal, mais vous sentez très fort.

Heureusement ses autres sens n'étaient pas altérés par la créature. Une myriade de son lui parvenaient. Des humains se baladant dans la rue, vomissant leurs tripes devant un bar, regardant la télé chez eux. Mais bon là il entendait moins bien. Être à l'affut, comme un chasseur, était excitant. Il aurait été vivant ça aurait pu être à cause de l'adrénaline, mais maintenant qu'il était cliniquement mort c'était peu probable. En fait il avait l'impression de renaitre à peine. Et comme il avait l'éternité devant lui, ce sentiment, allait certainement durer quelques temps.

- Donc, que faisons nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dirko Volcanius
Démon Elementaire, niv 1
Démon Elementaire, niv 1
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 29
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Camp: Non croyant - Neutre
Pouvoirs: Forme démoniaque - Modification de la température - Contrôle du feu - Vélocité
Armes: Célérité et Grue d'Acier

MessageSujet: Re: Volcanius, le chasseur de primes   Mer 15 Avr - 0:21

    Le vampire se tint tranquille dans une ambiance, qui elle, se faisait de plus en plus lourde. La situation était donc paradoxale, mais heureusement elle était à l'avantage du samouraï. Ce dernier ne tint aucune importance à ce jeune vampire. Il ne pouvait plus rien pour lui dorénavant. Volcanius ne souhaitait pas être en compagnie d'un vampire plus longtemps. Tout d'abord pour sa survie, puis pour ne pas être recherché. Néanmoins il venait de lui sauver la vie, ce n'était pas pour qu'il soit tué dans l'heure qui suivait.

    Volcanius :
    - Ecoute moi le vampire pubere, je ne suis pas un vampire, je ne suis pas un ennemi, ni ton ami. Que faisons nous ? On sépare nos routes. Tu as une dizaine de minutes pour atteindre cette bouche d'égout. Tu pars vers l'Est en allant tout droit puis deux fois à gauche et une fois à droite.


    Volcanius se tourna et commença à passer son chemin, appelant son chien.

    Volcanius :
    - Une dernière chose, si tu tiens à garder ta tête. Il existe des vampires qui se nourissent de sang d'animaux au lieu de tuer les humains.


    L'homme disparu dans la pénombre laissant à son destin ce jeune vampire.



    Suite du parcours de Volcanius dans : http://godwin.1fr1.net/le-lac-f33/debut-d-une-finlibre-t69.htm

    HS : Je quitte ce RP, j'vais attendre Lucifer dix mille non plus. Mais promis Khem et Luci, on se refait un RP ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Volcanius, le chasseur de primes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Volcanius, le chasseur de primes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Récits d'Asmael Flamma, chasseur de primes
» Il était une fois un petit chasseur de primes...
» Oba Hama le Chasseur de Primes
» Venser, chasseur de primes pour un certain commandant
» Miss Fortune : Chasseur de primes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Godwin :: Godwin :: Les bars :: Le bar "à thé"-
Sauter vers: