Godwin

Forum RPG fantastique contemporain.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Renaissance

Aller en bas 
AuteurMessage
Helen Dormann
Apprenti, niv 1
Apprenti, niv 1
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 28
Date d'inscription : 16/02/2009

Feuille de personnage
Camp: Non croyant
Pouvoirs: 5 sens surdéveloppés - Contrôle magie noire - Vélocité - Télékinésie
Armes: Une simple dague aiguisée ainsi qu'un charme inhumain et destructeur

MessageSujet: Renaissance   Mar 17 Fév - 20:15

L’odeur prononcé de l’humus, le doux murmure du vent à travers les feuilles des arbres, l’air frais caressant la peau… Etait-ce donc ça la vie dans l’au-delà ? Se retrouver dans un autre monde où toutes les sensations étaient amplifiées ? Dans ce cas, la mort était la plus belle chose qui pouvait arriver à Helen. Elle n’ouvrit pas encore les yeux. Non, pas tout de suite. Il fallait y aller doucement. Après tous, maintenant qu’elle allait goûter à la « vie » éternelle, elle pouvait donc prendre le temps d’apprécier chaque chose. Ainsi donc, elle huma le parfum des fleurs, des arbres, de la terre. Elle n’avait plus mal. Ses membres ne lui faisaient plus souffrir mais cela n’était pas étonnant puisqu’elle avait quitté son corps. Enfin… Ce fut ce qu’elle croyait seulement… La jeune femme n’était pas encore consciente de ce qu’elle était devenue. Elle était juste persuadée d’être morte.

Helen ouvrit alors les yeux et battit plusieurs fois les paupières. De son vivant, elle pensait avoir une assez bonne vue. D’ailleurs, cela se prouvait par le fait qu’elle ne portait pas de lunettes. Mais maintenant, elle se disait que sa vue d’antan était bien médiocre. A présent, elle pouvait admirer les détails de chaque feuille, de chaque fleur, de chaque écorce et de tous ce qu’elle voulait. Sa nouvelle vue lui permettait aussi de voir plus loin. C’était tout simplement magique… Ses lèvres s’étirèrent en un joli sourire tandis que ses yeux pétillèrent à la vue de cette nouvelle existence. Elle était heureuse d’avoir pu enfin trouver la paix. Oh bien sûr, elle regrettait encore de ne pas avoir pu faire certaines choses durant son vivant. Elle aurait aimé pouvoir dire à sa famille à quel point elle les aimait. Elle aurait aimé pouvoir encore une fois remercier ses amis pour tous ce qu’ils avaient fait pour elle mais maintenant, c’était trop tard. Lui serait-il possible de voir comment ses êtres chers se portaient dans ce nouveau monde ? Elle en doutait. Elle n’était pas sûre qu’elle aurait la capacité de les regarder vaquer à leurs occupations sur un petit nuage.

Pendant combien de temps était-elle étendue sur le sol humide ? Helen se débarrassa d’une feuille qui venait de tomber sur son visage. Elle découvrit alors à quel point sa peau était blanche. Intriguée, elle se leva, se retrouvant à présent assise et contempla sa main. Celle-ci était d’une pâleur de craie et même si elle était douce et velouté, la jeune femme remarqua aussi à quel point elle était incroyablement dure… un peu comme du marbre… La jeune femme fronça les sourcils. Ce n’était pas vraiment à cela qu’elle s’attendait. Après la mort, Helen pensait qu’elle se détacherait de son corps et qu’elle ne serait plus qu’un simple esprit errant dans un autre monde. M’enfin, il n’était pas faux de dire qu’elle n’avait jamais réellement songé à ce qu’il pouvait bien y avoir dans l’au-delà et comment se passerait les choses…


« En tout cas, mes mains sont super belles ! » claironna-t-elle

Se pourrait-il qu’il en soit de même avec tout son corps ? Dommage qu’il n’y ait pas de miroir dans le coin. Helen leva la tête et observa le ciel. Parmis les arbres, on ne voyait presque pas le soleil. Une petite moue s’afficha sur son visage. Elle aurait bien aimé le contempler mais peut-être que si elle arrivait à trouver une clairière elle le pourrait ? D’un mouvement aérien dont elle ne s’en rendit pas compte, la jeune femme se leva et commença à se diriger vers la rivière. Avec son ouïe surdéveloppée, elle savait exactement à quel endroit où elle se trouvait… ou pas… En effet, au bout de cinq minutes de marche, elle se rendit compte que la rivière se trouvait plus loin que ce que ses oreilles prétendaient. Pourtant, à entendre l’eau couler, on aurait plutôt dit qu’elle était toute près d’elle… Mine de rien, Helen commençait à avoir soif. Dommage que la mort ne lui ait pas enlever ce besoin de se nourrir. La jeune femme s’en serait bien passé… Quoique… Si tous ses sens étaient plus développés que les autres, cela allait peut-être de même pour le goût ? Tout d’un coup, elle eût hâte de goûter à de la nourriture juste pour sentir l’effet que cela lui procurerait. Avec donc de grandes enjambées rapides et élégantes, Helen s’élança vers la rivière la plus proche (finalement, après un bref instant, elle avait remarqué qu’il n’y avait pas qu’une mais plusieurs rivières).


« Ah ! Te voilà enfin ! »

Tiens… Même sa voix semblait plus belle. Elle était plus… voluptueuse, plus douce, plus caressante… Enfin bref, Helen s’accroupit en bord de la rivière mais à peine l’eau eût-elle effleurer sa langue qu’elle recula, horrifiée. Mais quel goût insipide ! Jamais elle n’avait eût affaire à un tel breuvage ! Comment se pouvait-il qu’une simple eau puisse être aussi écoeurante ? Si seulement elle avait su…
Doucement, Helen se rapprocha de la rivière et huma son contenu. Une grimace déforma son visage. Ça sentait mauvais mais bien vite, le reflet de son visage la détourna de sa soif. Après tous, ce n’était qu’une toute petite soif. Son visage était extrêmement beau… Serait-elle en train de devenir narcissique ? Non ! Non ! Ses traits étaient vraiment magnifiques ! Un joli nez parfait, des lèvres bien dessinées… Impossible, cela ne pouvait pas être elle. Elle était trop belle. On aurait dit une de ses mannequin apparaissant dans les couvertures de magazines de mode sublimées par des logiciels informatiques. C’était tout simplement incroyable…


« J’ai vraiment rien fait pour mériter ça… » remarqua-t-elle cependant

Si Dieu existait vraiment alors Helen s’en excuserait. Elle irait le voir et se ferait pardonner. Elle lui demanderait si elle pouvait faire quelque chose d’utile pour pouvoir le remercier de ce qu’il lui avait offert. Elle était même prête à faire n’importe quoi. Après tous, il le méritait. D’ailleurs, comment faisait-on pour le voir ? Suffisait-il de l’appeler ? Hum… cela semblait un peu trop facile et insolent… Fallait-il prendre rendez-vous ? Boarf ! Non ! Helen avait du mal à imaginer Dieu comme un ministre ou à un grand patron d’une firme multinationale mais en même temps, il était difficile de l’imaginer sans une sorte de secrétaire qui disait à sa place qu’il était occupé et qu’il ne « pourrait pas vous recevoir car c’est un homme très important donc aller prendre un ticket et patientez votre tour pour fixer un rendez-vous dans cent ans »…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dirko Volcanius
Démon Elementaire, niv 1
Démon Elementaire, niv 1
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 29
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Camp: Non croyant - Neutre
Pouvoirs: Forme démoniaque - Modification de la température - Contrôle du feu - Vélocité
Armes: Célérité et Grue d'Acier

MessageSujet: Re: Renaissance   Dim 12 Avr - 1:46

    Venue de Volcanius après : http://godwin.1fr1.net/l-ile-morte-f38/en-avantvolcanius-t73.htm#280


    Cela faisait plusieurs semaines que Volcanius re voyageait seul. Cela lui faisait du bien, et en même temps, une certaine présence lui manquait. Les choses redevenaient plus calmes et normales. Malik était joyeux, et ne montrait d'aucune façon sa peine d'avoir quitté sa nouvelle amie Angèle. Sans doute que le fidèle chien du chasseur de primes avait compris depuis longtemps que son maître est et restera un solitaire. Hors au fond du cœur du samouraï, la solitude commençait à peser.

    Afin de se changer les idées, notre guerrier accepta un nouveau contrat de mission. Cette fois, il s'agissait d'un agresseur qui s'attaquait à des jeunes filles. La cible n'était pas très intéressante, mais la prime, elle, l'était. Et les esprits de la forêt de l'île morte pouvait dire ce qu'ils voulaient, Volcanius avait pris un grand retard dans ses recettes de contrat. S'il continuait à cette allure, sa bourse s'allégerait bien vite. Bref, Volcanius avait réussi à remonter sa trace jusqu'à la grande couronne. C'est alors que Malik pista l'individu jusqu'à la forêt noire. Une folle poursuite s'engagea.

    Coupant à travers les bois avec l'aide de Célérité, Volcanius courrait incroyablement vite. Sa force draconienne lui apportait vélocité et agilité. Glissant sous les souches d'arbres dérobées, se faufilant entre les lianes, et en esquivant les branches du végétal, le samouraï nous démontrait toutes ses capacités physiques. Malgré cela, sa cible se déplaçait très vite lui aussi. Malik lui même avait du mal à le suivre. Soudainement dans le feu de l'action, Volcanius se jeta contre un arbre, il s'appuya contre le tronc et se propulsa avec ses jambes contre sa cible.

    Projeter à vive allure, le chasseur de primes attrapa l'individu par la taille. Ce dernier commença par frapper au visage Volcanius. Il était un peu sonné, mais pas assez pour mettre un ancien samouraï inconscient. Malik se rua sur le bras du malfaiteur. Volcanius bloqua un coup de poing et le maitrisa à terre en l'infligeant de quelques poings. Que pouvait il détester ses combats à mains nues ? Il préférait les vieux combats au sabre qui avaient du sens pour lui.


    Volcanius :
    - Un nom ! Je veux un nom, espèce d'enfoiré !!


    Volcanius était en général très en colère de ce genre d'individu.

    La cible :
    - C'est déjà fait, elle est morte. Hihihi hahahaha.
    Volcanius :
    - OUUUU ?


    Refusant de parler, Volcanius le redresser et empala son crâne contre le tronc d'un chêne.

    Volcanius :
    - Qui et où ?!

    La cible :
    - T'arriveras pas à me faire parler . . .
    Volcanius :
    - On parie ?


    Brusquement un hurlement horrible et intense rugit dans les bois. La souffrance traversait chaque être qui pouvait entendre ce cri d'alerte.

    La cible :
    - Helen, elle se prénommait Helen . . . son cadavre devrait se trouver au nord est de la forêt. Que vas-tu faire de moi maintenant ?
    Volcanius :
    - On m'a chargé de retrouver ta dernière victime et de t'éliminer quand je te trouverai.

    La cible :
    - Mais t'es dingue !! Tu te prends pour qui ? Ya une justice.
    Volcanius :
    - Ma prime sera complète avec ton scalp, et j’entends bien avoir mon scalp.


    D'un geste net et sans nervosité, le samouraï dégaina son sabre pour décapiter cet homme qui avait tué à lui seul trente huit jeunes filles. Un triste record accordé par le fait la justice l'avait toujours libéré pour bonne conduite. Partant à la recherche de la jeune Helen, Volcanius devait de faire vite s'il voulait la sauver. En arrivant au lieu indiqué, il était trop tard. Volcanius découvrait une herbe immergeait de traces de sang. Le corps avait disparu. Frappant de toutes ses forces contre le sol, des larmes sortirent des yeux de Volcanius. C'était la septième personne que Volcanius n'avait pas réussi à sauver. Mais alors que la peine d'une innocente se calmait, Volcanius s'interrogea sur la disparition du cadavre. Aucune trace, Malik ne pistait aucune odeur. Plus une seule goutte de sang à des alentours. Le corps s'était comme volatiliser, quand soudainement une présence fit réagir le samouraï. Empoignant son tomahawk, le guerrier se tenait prêt.


    PS : Désolé pour la suite du RP, je ne sais pas si, ce que j'ai écrit, te convient. =S enfin au moins tu as une réponse =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Renaissance
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Godwin :: La grande couronne :: La forêt noire-
Sauter vers: